Cancer Bats
Entrevues

Cancer Bats ou l’art de faire les choses à sa manière

Il y a quelques semaines, L’Anti Bar & Spectacles dévoilait la programmation de son 3e Antiversaire, se déroulant du 8 au 11 août. Parmi les groupes et artistes qui participeront à ces quatre jours de festivités figurent les bouillants Cancer Bats, têtes d’affiche de la soirée du 10 août. Rejoint par téléphone, Liam Joseph Cormier nous parlait avec une bonne humeur contagieuse du dernier album du groupe, du plaisir qu’il a à jouer à Québec et de l’esprit DIY qui, depuis le premier jour, constitue le leitmotiv du quatuor torontois.

Quand et comment a débuté l’aventure Cancer Bats?

Ça remonte à l’été 2004 environ, j’habitais à Montréal – j’ai habité là quelque temps, juste pour sortir un peu et avoir du bon temps, c’est une ville cool pour ça. Je voulais me partir un band et j’en ai parlé à Scott, qui lui avait déjà son propre groupe et il m’a dit «ouais, ça pourrait être le fun!». Ça a donc commencé comme un side project sans prétention. À l’époque, Scott travaillait pour VIA Rail, alors il pouvait prendre le train et venir composer des tounes avec moi pour le simple plaisir de le faire. J’étais à la batterie et lui à la guitare. Et puis, on faisait écouter nos maquettes à notre entourage et tout le monde aimait ça! On commençait à se faire demander quand on ferait des spectacles et, de son côté, Scott ne faisait pas autant de shows qu’il aurait voulu avec son groupe principal. Alors, il m’a dit «hey, pourquoi est-ce qu’on commencerait pas à travailler pour vrai sur Cancer Bats?». C’est ce qu’on a fait, je suis revenu m’installer à Toronto et on s’est mis au travail. J’avais environ 24 ans et je me disais, OK, si on veut avoir un vrai band, aussi bien s’y mettre sérieusement – t’sais, j’dis sérieusement, mais bon, on s’entend, haha! – et ça a plutôt bien marché!

Le 21 avril dernier, vous nous êtes arrivés avec un nouvel album, The Spark That Moves. Pourquoi avoir choisi de sortir cet album pendant le Record Store Day, sans la moindre publicité en amont, en prenant tout le monde par surprise?

Tu sais, on a une fanbase et un entourage incroyable. Pendant qu’on tournait avec Bat Sabbath et qu’on prenait du temps off, y’a tellement de gens qui nous demandaient quand est-ce que Cancer Bats allait sortir un nouvel album. De notre côté, ça nous a donné confiance et on se disait que oui, on pourrait bien sortir quelque chose d’autre. Après, quand t’as un band, souvent l’objectif est que le projet devienne de plus en plus gros, alors parfois tu prends des risques et tentes de nouvelles choses pour aller chercher de nouveaux fans. Mais on savait que les fans de Cancer Bats attendaient un nouvel album de Cancer Bats. On s’est dit OK, pas la peine de prendre de grands risques en essayant de faire quelque chose de différent ou whatever, on va juste sortir quelque chose qui, ultimement, nous permettra d’aller faire la fête avec tous ces fans. Après, sachant comment Internet fonctionne aujourd’hui, on s’est dit «faisons-leur la surprise et ils se chargeront du reste!»

À la suite de la sortie de cet album, vous avez envoyé à différentes salles de spectacles, disquaires et autres commerces une note disant que plutôt que de leur avoir envoyé une copie CD de l’album, vous leur donniez 2$, soit le prix qu’aurait coûté cette copie CD, pour qu’ils puissent s’acheter un bon café et le déguster en écoutant The Spark That Moves via une plateforme de streaming. D’où vous est venue cette idée géniale?

Dans les années 90, je travaillais dans un skateshop et on recevait toujours plein de CD de Epitaph Records, Fat Wreck Chords, etc. et ces albums devenaient la playlist du magasin, tu sais. Quand on aimait vraiment un album, on disait à tous les clients qu’ils devaient l’acheter parce que c’était tellement bon. Je trouvais ça vraiment cool de constamment recevoir de la nouvelle musique. Et aujourd’hui, on a plein d’amis qui sont propriétaires de tattoo shops, de skateshops, de magasins de vêtements ou de salons de barbier et on voulait que ces gens reçoivent notre album. Mais aucun de ces magasins n’a de lecteur CD. Donc, on a juste fait le gag en envoyant à tous ces gens ce que ça nous aurait coûté par copie d’album et ce qui est vraiment drôle, c’est que la majorité des gens n’ont pas dépensé ce 2$, mais l’ont plutôt encadré pour l’exposer sur un mur de leur commerce!

Pour cet album, vous avez décidé de travailler avec JP Peters en tant que producteur. C’était cool de travailler avec lui?

Oui, carrément. En fait, on a choisi de travailler avec lui parce qu’il avait fait l’album Victory Lap, de Propagandhi, mais aussi parce qu’il était à Winnipeg. Notre drummer a déménagé dans cette ville il y a quelque temps et il venait tout juste d’avoir un bébé avec sa copine, alors on s’est dit que ce serait plus simple pour tout le monde de travailler là-bas. À vrai dire, on ne connaissait pas vraiment JP et on était loin de se douter qu’il était ce genre de génie musical! Il a tout de suite compris notre vibe et a su apporter les mini ajustements nécessaires pour que nos chansons soient les meilleures possible. Il n’a apporté aucun changement drastique, mais il savait poser les questions qu’on n’osait pas se poser. Genre, «Pourquoi est-ce que vous êtes tous sur votre téléphone pendant tel passage? Parce que c’est ennuyant, right? On coupe ça en deux alors, ça passe mieux.» Et on était comme, ouais, t’as totalement raison! Sa vision était simple: cet album était notre 6e et il était nécessaire qu’il complète bien les 5 précédents et non qu’il soit juste un album de plus à notre discographie.

Parlant des albums précédents, il y a une énergie brute sur cet album qui nous rappelle la fougue qu’avait Hail Destroyer. C’était voulu de revenir vers ce son ou c’est simplement arrivé comme ça?

Je pense que c’est vraiment juste arrivé comme ça. À l’époque de Hail Destroyer, on ne savait même pas comment écrire une chanson de plus de trois minutes. Après, on regardait nos setlists de spectacles et on se rendait compte qu’il n’y avait pas un seul show où on ne jouait pas de pièces tirées de Hail Destroyer. Il y a des chansons sur cet album qui sont l’essence même de Cancer Bats. Probablement que tout ça nous a un peu joué dans la tête pendant la composition de The Spark That Moves. Il n’était pas question qu’on écrive une chanson semblable à celles des Foo Fighters juste pour passer à la radio. J’adore Foo Fighters, mais tu comprends ce que je veux dire. Quand ta musique est ton travail, tu peux avoir tendance à penser que c’est important de toujours grossir, passer à la radio et jouer dans les gros stades, mais en fait, on est super confortables dans notre position actuelle et on n’avait pas envie de changer ça. On joue dans de plus petites places souvent remplies à pleine capacité, comme à L’Anti Bar & Spectacles par exemple, et c’est parfait. Je ne veux pas de ces scènes avec des clôtures stupides qui nous séparent du public!

Tu donnes L’Anti Bar & Spectacles comme exemple et justement, vous y serez le 10 août prochain dans le cadre du 3e Antiversaire; à quoi doit-on s’attendre de ce spectacle?

Ah man, le chaos total! On a beaucoup joué cet été et on en est à un point où nos chansons sont totalement maîtrisées sur scène. Tout le monde est en bonne forme dans le groupe et on a vraiment hâte de revenir à Québec! On a dû joué comme 30 fois à Québec depuis 2005 et ça a presque toujours été dans des shows organisés par Karl ou par Jay et la gang du Exo. On a joué à L’Anti dans le temps que c’était au-dessus du skate park et que Karl avait comme 15 ans! J’suis vraiment content de revenir pour célébrer le 3e anniversaire de leur nouvelle place. Je pense que cette soirée sera complètement démente!

BILLETS EN VENTE ICI!


CONCOURS 🎉

L'Antiversaire

Une paire de billets Supporter à gagner!

L’accès à tous les spectacles de L’Antiversaire (8 au 11 août), 🍺🍺🍺🍺 du Trou du Diable, un t-shirt et d’autres surprises.

Pour participer, cliquez sur ce lien et partagez la publication comme s’il n’y avait pas de lendemain! Points bonus si tu nous écris un des commentaires suivants sur Facebook:

  • I Know What You Did Last Summer
  • Stacy’s Mom
  • Pete Béliveau

Nous choisirons un commentaire au hasard et le gagnant sera annoncé le 6 août à 16h. Bonne chance!

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être...

Réagissez à cet article

Écrire un commentaire