Foreign Diplomats
Entrevue

Du soleil plein la tête pour Foreign Diplomats

Reconnue pour ses performances scéniques énergiques et ses refrains accrocheurs, la bande de jeunes garçons dans le vent de Foreign Diplomats est résolue à continuer son ascension.

«On travaille vraiment fort en ce moment. On se concentre principalement sur les spectacles à venir, alors on met moins d’énergie à monter des nouvelles chansons. C’est correct comme ça, j’pense», explique avec enthousiasme le chanteur et auteur-compositeur Élie Raymond.

Fort d’un premier album solo ayant soulevé la curiosité de bien des médias et artisans du milieu culturel, le groupe navigue toujours sur les pièces pop-rock de Princess Flash, paru en octobre 2015.

L’affluence de la scène musicale étant ce qu’elle est, il est difficile de s’asseoir sur ses lauriers bien longtemps: il a bientôt fallu se remettre à l’écriture d’un nouvel opus. Charpentier solitaire de ses chansons rassembleuses, Raymond compose et enregistre d’abord tous les textes, musiques et arrangements de son côté avant de soumettre au groupe des démos déjà très concrets. C’est aussi de cette manière que se dessine actuellement le deuxième disque de Foreign Diplomats, qui sera traversé de mélodies plus ensoleillées que son prédécesseur.

«L’été après la sortie de Princess Flash, j’ai commencé à écouter un peu plus de country folk, raconte le chanteur. Ça m’a vraiment inspiré, dans la façon dont les chansons sont construites, dans les textes et l’instrumentation. Y aura un côté un peu plus joyeux dans l’album et je suis vraiment fier des refrains. J’pense qu’on a des gros hook». Avec près d’une trentaine de chansons en banque, le groupe de Montréal n’attend qu’une pause pour prendre le temps de monter le matériel fraîchement composé. Quelques nouveaux morceaux risquent tout de même d’être joués sur scène au cours des prochains concerts de la tournée.

Interaction, énergie et justesse

Les jobs alimentaires des membres du groupe risquent fort de «prendre le bord» un certain temps, puisque le calendrier estival des diplomates étrangers se remplit à vue d’oeil. Toujours partants pour un spectacle, les musiciens tiennent mordicus à jouer partout, le plus souvent possible, pour que le nom du groupe se transporte aux quatre coins du monde. Sur scène, ils déploient un dynamisme qui fait maintenant leur réputation, mais jamais au détriment de la justesse de l’interprétation, affirme Élie Raymond.

«La première idée reste toujours faire les tounes le plus tight possible, en plus d’être les plus énergiques. On ne pratique pas comment on va sauter partout, mais on veut interagir le plus possible avec le public». La parole est maintenant un aspect plus important pour le leader de la formation, d’abord trop nerveux pour s’adresser à la foule. Ce dernier souhaite toujours faire mieux, avec les moyens du bord. Petits budgets et gros spectacles, c’est sans doute ce qui définit le mieux la réalité de Foreign Diplomats (et des groupes émergents en général), qui en feront encore beaucoup pour éblouir vos yeux et séduire vos oreilles.


EN SPECTACLE

17 juin @ L’Ange Vagabond, Saint-Adolphe-d’Howard · Billets
22 juillet @ L’Anti Bar & Spectacles, Québec · Billets
31 juillet @ Les Pas Perdus, Cap-aux-Meules · Billets
23 septembre @ Bistro de L’Anse, L’Anse-Saint-Jean · Billets

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être...

Réagissez à cet article

Écrire un commentaire