Entrevues, Nouvelles

ENTREVUE : GROSSE SOIRÉE GROS BIG!

Le rap et le hip-hop québécois ont le vent dans les voiles depuis quelques années. Un nouveau souffle semble raviver l’intérêt non seulement des milieux undergrounds, mais aussi des institutions culturelles et du grand public un peu partout à travers la province. Dans les médias, les apparitions plus fréquentes de nouvelles figures emblématiques de ce genre musical, comme Koriass, Loud ou Alaclair ensemble, aident à faire connaître cette culture longtemps restée dans l’ombre. Si on compte souvent sur les galas et les émissions de variétés pour nous faire découvrir de nouveaux visages du domaine artistique, plusieurs sont restés surpris en apprenant à connaître un gentil gaillard du rap québécois à travers une télé-réalité amoureuse en 2017.

Entrevue avec J7 et Adamo, membres du groupe Gros big, qui sont venus capter notre attention en passant par un chemin plutôt inhabituel.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas Gros Big, comment leur décririez-vous votre parcours?

J7 : En fait, Adamo et moi faisons de la musique ensemble depuis une dizaine d’années. On était entre autres ensemble dans le groupe Exceler, on a aussi participé à plusieurs rap battles. Notre affaire est devenue un peu plus sérieuse il y 3 ans, alors qu’on faisait des vidéos humoristiques sur Internet. Ça a créé un certain buzz! On a commencé à prendre les choses un peu plus au sérieux en 2016, avec la parution de notre premier album, le mixtape Gros Big. En 2017, les choses sont passées à un autre niveau avec le passage d’Adamo à Occupation Double. Ça nous a apporté beaucoup de promo et on a vu qu’il y avait un engouement pour notre musique.

Ce fameux passage d’Adamo à Occupation Double…

Adamo : C’est J7 qui m’a mis au défi de m’inscrire à OD. Moi, je ne voulais rien savoir au début.

J7 : Je suis allé la faire l’audition moi aussi avec Adamo, mais ce n’est vraiment pas mon genre d’affaires. Je suis beaucoup plus réservé dans la vie. Je le voyais faire ça!

Adamo : À la base, moi j’allais là-bas pour dire le plus souvent possible Gros Big! C’est sur que les voyages pis toute, c’est le fun par contre.

Est-ce que la télé-réalité a changé les choses pour vous?

J7: Le passage d’Adamo à OD nous a apporté beaucoup de promo et on a vu qu’il y avait un engouement pour notre musique. C’est qui nous a motivés à prendre notre carrière musicale au sérieux et à travailler sur un vrai album et s’entourer du bon monde pour le faire.

Adamo : Inévitablement, ça nous a ouvert des portes et ça nous a aidés. Plusieurs personnes souhaitent être associées avec des gens connus. On est vraiment deux gars qui se retrouvent, du jour au lendemain, avec une certaine notoriété.  On n’avait pas vraiment le choix de faire un move à ce moment précis pour que nos carrières décollent.

Et à l’inverse, y’a-t-il du négatif?

Adamo : Par rapport à Gros Big, je ne pense pas qu’il y ait de négatif qui ressort de l’expérience. Probablement que l’expérience aurait été différente si j’avais été genre Joanie [candidate OD Bali], mais comme personne ne m’a détesté, je ne pense pas que ça nous ait nuit. C’est plus du côté de ma vie personnelle que je peux ressentir les effets plus désagréables. Mais comme ça m’a apporté beaucoup plus de bon que de mal, je suis prêt à prendre ce peu de négatif-là ! Je suis éternellement reconnaissant de tout le love que j’ai reçu et que je reçois encore.

Et toi J7, comment vis-tu cette reconnaissance du public qui est accordée à Adamo?

J7 : Sincèrement, c’est bénéfique pour moi. Oui, c’est peut-être Adamo qui a plus d’exposure, mais on est un duo, un groupe, on se supporte mutuellement. On se crinque en show ensemble! Je suis aussi gagnant à travers cette expérience-là.

Adamo : Gros big ne serait pas Gros Big si un de nous deux ne serait pas là! On serait juste gros… !

Et comment vos confrères du milieu ont réagi à cette incursion dans le monde de la télé-réalité?

Adamo : C’est une très bonne question ça! C’est la question que je me posais sans arrêt durant l’aventure. Ayoye! Je m’imaginais les rappeurs se dire : «Check l’opportuniste qui s’en va se faire connaître à OD!» Je croyais sincèrement que j’allais me faire détester par les autres. Finalement, c’est complètement l’opposé! Tout le monde est venu me voir pour me dire qu’ils étaient contents que je sois resté moi-même. Ils nous ont donné du gros respect et on est vraiment reconnaissants de ça.

Comment qualifieriez-vous votre évolution depuis la parution de votre mixtape Gros Big en 2016, et la récente sortie de GB2?

J7 : Il y a une évolution du côté de la structure de nos chansons. On s’est vraiment forcé! On est allé s’enfermer dans le chalet qu’Adamo a gagné avec Occupation Double, et on a pris le temps de travailler chacune des tounes, question de ne pas garrocher le projet comme on le faisait avant. On a eu l’aide de producers qui nous ont aidés et donné des conseils à gauche et à droite. Finalement, on est allé vers un son plus actuel, en enregistrant des vrais instruments pour certaines chansons, comme de la guitare ou de la basse.

Adamo : Connaissez-vous Charminder dans les Pokémon? Ben, on est rendu Charizard! C’est vraiment une évolution. On n’a pas changé, sinon qu’on a gagné en professionnalisme. On est conscient des possibilités que peut nous apporter la sortie de cet album, alors on a juste pris le temps de faire quelque chose de qualité. Avant, on écrivait nos refrains sur une napkin sur un coin de table, t’sais!

 

 

On entend de plus en plus parler du hip-hop et du rap québécois. Est-ce une bonne période pour évoluer dans ce milieu?

Adamo : Je pense que le rap québ a vraiment évolué ces dernières années. Je pense qu’il y a une certaine corrélation à voir entre le fait qu’on oui on a évolué, mais on l’a fait parce qu’il y a une porte qui s’est ouverte. Avant, tu avais beau forcer, il n’y avait pas moyen de passer à la radio. Tu faisais une tournée de 8 shows à te faire payer en pichets de bière pis c’était tout. Ce n’était pas motivant. Maintenant, avec des gars comme Loud ou Yes McCan, ou même moi, «le gentil» qui va gagner Occupation Double à la télé, les gens ont compris que les rappeurs ne sont pas juste des pimps ou des vendeurs de drogue. Je crois que ces présences télévisuelles ont aidé à ouvrir les yeux des Québécois et du milieu musical sur le milieu du hip-hop et du rap. Ça permet à des jeunes de rêver aussi, de voir que c’est possible d’évoluer dans ce milieu-là aujourd’hui. Je trouve que c’est beau à voir! C’est non seulement un bon timing pour nous autres, mais pour le milieu du rap au complet. Ça se passe!

À quoi peuvent s’attendre les spectateurs qui assisteront à votre lancement gratuit lors de la Grosse soirée au Club Soda le 28 novembre prochain?

Adamo : Eh bo-boy! Ça va être une grosse soirée! On est encore en train de monter le set, mais on essaie d’être à l’image du nouvel album. Ce sera plus pro, plus visuel, mieux mis en scène. On ne sera pas Justin Timberlake, mais on va essayer ben fort!

Finalement, des projets futurs pour Gros Big?

Adamo : J-7 et moi avons des projets solos qui s’en viennent. On n’en dira pas plus, mais c’est à suivre! 

Pour en connaître plus sur Gros Big, leur nouvel album et leurs futurs projets, consultez leur page Facebook.

 

Pour vous procurer des billets pour leur spectacle au Club Soda ce mercredi 28 novembre, c’est par ici.

Et… c’est gratuit!

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être...

Réagissez à cet article

Écrire un commentaire