Jérôme St-Kant
Entrevue

Jérôme St-Kant: L’ascension d’un musicien de rue

Voilà bientôt un an que Jérôme St-Kant évolue officiellement sur la scène professionnelle de la ville de Québec. En pleine possession de ses moyens, il n’entend pas s’arrêter de si tôt.

Originaire de l’Ancienne-Lorette, Jérôme Charette-Pépin a sillonné le Québec, de Rouyn-Noranda à Rimouski au cours des dernières années. Ces différents voyages auront influencé directement sa manière d’écrire des chansons, élargissant sa vision du monde et sa perception de la musique.

Il faut aussi dire que les derniers mois ont été occupés pour le jeune auteur-compositeur-interprète. L’été dernier, on pouvait l’apercevoir quotidiennement aux côté d’Hubert Chiasson (The Seasons) aux coins des rues St-Jean et Côte du Palais, jouant pour les passants et les touristes. L’automne venu, il pris part à la tournée Route d’artistes, juste avant de participer au Cabaret Festif! de la relève et de faire la première partie de Fred Fortin à l’Impérial Bell. Ce dernier concert lui a d’ailleurs valu une signature avec la division «spectacles» de l’étiquette montréalaise Dare to Care.

Le vent dans les voiles, il raconte sa première participation aux Francofolies, en juin dernier, en première partie de la star montante Émile Bilodeau: «C’était débile. Les fans d’Émile, c’est les meilleurs. C’était un show facile, le public était gagné d’avance […] C’était sold out. Je m’attendais à 100 ou 150 personnes alors qu’on m’a dit qu’il allait y avoir 600 personnes!» De nombreuses nouvelles oreilles ont donc pu être atteintes par le folk-rock désinvolte de Jérôme St-Kant, qui jongle depuis quelques mois avec un répertoire relativement nouveau.

Tel un ours qui hiberne, ce dernier a passé la période hivernale à écrire, à temps plein, les chansons qui composeront son premier album, à venir l’an prochain. «C’était du 50h/semaine. Ça n’a été qu’écriture, de 7h30 le matin à 20h le soir. Que des nouvelles chansons. On passe à d’autre chose», dit-il en référence aux chansons qu’il traîne sur scène depuis ses débuts, il y a 3 ans. Prêt à entrer en studio dans les prochains mois, Jérôme a maintenant un groupe qui l’accompagne sur scène, une équipe qui s’occupe de sa gérance et de ses spectacles. Bref, le jeune artiste de Québec ayant passé des semaines à jouer devant son étui de guitare est maintenant au seuil d’une carrière professionnelle. «Quand tu veux être boulanger, c’est l’fun de penser à la couleur des chaises pour le comptoir derrière la vitrine, mais il ne faut pas oublier de faire du pain. J’aime faire du pain et choisir la bonne farine», métaphorise-t-il.

Il ne reste maintenant qu’à attendre que la recette lève et à déguster. Bon appétit!

EN SPECTACLE

11 juillet @ FEQ (Scène Fibe), Québec
13 juillet @ Maison de la culture Maisonneuve, Montréal · Billets

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être...

Réagissez à cet article

Écrire un commentaire