Loud
Entrevues

Loud – Une année record

À tout juste six mois d’intervalle, le rappeur Loud nous propose deux albums qui provoquent une petite révolution sur la scène rap québ’. D’abord le EP New Phone, paru en avril, nous faisais découvrir Loud sans ses collègues Lary et Ajust. Cette carte de visite a préparé le terrain et l’engouement pour Une année record, véritable ovni musical pour lequel il existe déjà un rare consensus: voilà l’oeuvre assumée d’un grand créateur.

On note sur Une année record une grande variété de beats et d’ambiances, mais il s’agit d’un album très cohérent somme toute. C’est surtout avec les pièces du EP, New Phone, que ce son diffère. Est-ce que les pièces proviennent du même processus d’écriture?

Je me suis assis avec les réalisateurs Ajust et Ruffsound en février environ pour commencer à travailler sur l’album. Le EP s’est fait comme une parenthèse dans le processus, mais la réaction qu’il a suscitée nous a motivés à repenser à notre approche pour l’album. Je ne dirais pas qu’on a tout scrappé ce qu’on avait, mais pratiquement. La grosse majorité de l’album s’est fait dans les dernières semaines, voire jours, mais la réflexion s’est quand même faite sur plusieurs mois. These things they take time and timing.

Pour l’écriture justement comment as-tu procédé par rapport à tes années avec Loud Lary Ajust?

Mon processus n’a pas tellement changé depuis LLA. Déjà dans le temps on écrivait de manière très solitaire la plupart du temps. C’est juste plus de travail et de temps de réflexion pour aboutir des chansons tout seul. C’est un travail obsessif, ça prend un entourage tolérant.

Parle-nous des collaborations sur l’album, comment elles se sont concrétisées?

Lary n’a pas été trop difficile à traquer. Je sais où il habite. Je connais son père. Sinon j’ai toujours été fan de 20some, je trouve qu’il a une excellente plume et qu’il est parfois sous-estimé. Je pense qu’il ajoute clairement quelque chose à On My Life. Je le recommande.

Pour la musique, Realmind est devenu un collaborateur évident depuis qu’il a béni 56K. Il a coproduit au moins la moitié de l’album. Sinon, mention honorable à Neo Maestro, qui a coproduit la dernière piste et à Pierre-Luc Rioux qui a coproduit Toutes les femmes savent danser. Deux pièces clés qui sont parties de leurs idées. Que des gros gars si tu me le demandes.

De quelle chanson es-tu le plus fier sur l’album. Pourquoi?

Peut-être TTTTT. C’est la plus puissante à mon avis. La plus honnête. Ou sinon peut-être Hell, What A View. Je trouve que c’est la mieux écrite et c’est le beat le plus original de l’album selon moi (arpège 2nd to none).

L’album jouit d’une très bonne réception parmi les fans de rap et par la critique. Le Journal de Montréal te proclame d’ailleurs meilleur rappeur de ton temps. Que penses-tu de tout ça et que retires-tu de ce feedback?

Je ne savais pas que le JdM avait dit ça! Thank you, thank you, far too kind (Jay-Z voice). On est extra motivé par le feedback qu’on reçoit jusqu’ici, mais on n’est pas overwhelmed. On pense juste à faire d’autre musique.

Tu étais en concert à Québec vendredi le 27 octobre. Comment c’était?

C’était le premier vrai show qu’on donnait depuis qu’on a fini de produire les chansons donc c’était vraiment la première occasion qu’on a eu de recevoir du feedback en live. C’était le jour de la sortie de l’album en plus donc il y avait une fébrilité additionnelle dans l’air. L’accueil a été excellent comme c’est toujours le cas à Québec. Les gens connaissaient déjà les paroles à peine quelques heures après la sortie de l’album, ça nous a clairement donné une drive supplémentaire. Ajoute à ça les apparitions de Lary Kidd et de 20some. Meilleures circonstances pour inaugurer la tournée. *pump emoji*


EN SPECTACLE

3 novembre @ Club Soda, Montréal · COMPLET
4 novembre @ Bar L’Embuscade, Trois-Rivières · Billets
11 novembre @ Minotaure, Gatineau · Billets
18 novembre @ Bar Le Magog, Sherbrooke · Billets

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être...

Réagissez à cet article

Écrire un commentaire