Fjord
Entrevues

De la pop locale au jubé de la basse-ville

Deux phénomènes de la scène pop de Québec s’unissent pour offrir au public une soirée unique à La Nef. Entrevue avec Ghostly Kisses et Fjord.

Le printemps fût effervescent pour Margaux Sauvé, la voix de Ghostly Kisses, grâce au lancement de son EP What You See, dans un événement grandiose au Musée National des Beaux Arts. Quelques spectacles ont depuis amené l’auteur-compositeur-interprète à Montréal et à Toronto, jusqu’au retour à la maison qu’elle effectuera officiellement ce vendredi pour boucler la boucle.

Si les concerts se feront plus rares pour Ghostly Kisses cet été, l’artiste ne chôme pas pour autant. En studio pour faire fleurir sa collaboration avec CRi (projet électronique montréalais), Margaux prépare la tournée automnale, qui portera sa musique jusqu’en France. «Je compose les chansons et je m’occupe de tout ce qui fait rouler la machine. Je n’ai pas vraiment d’équipe avec moi alors tout ce qui est booking, demandes de subventions, c’est moi qui s’occupe de tout ça. J’apprends plein de choses parce que je dois me mettre dans la peau des différents rôles de l’industrie».

Forte du succès obtenu sur les plateformes numériques que sont Spotify et Apple Music, l’artiste se sert maintenant de ces outils comme d’un radar lui indiquant l’engouement du grand public. «Je ne peux pas ignorer ça, ça fait partie de ma démarche. Dans les spectacles, je joue pour Québec, Montréal, Toronto et New York, alors qu’en quelques clics, les gens de partout dans le monde peuvent écouter ma musique. […] J’ai embarqué dans cette vague-là et maintenant, je la surf».

Fjord en composition

De leur côté, les garçons de Fjord sont en pleine composition de leur prochain album, un processus pour lequel ils s’appliquent avec minutie. C’est également cet automne que le public devrait avoir accès à du nouveau matériel du duo de Québec. Toujours dans une esthétique musicale d’électro-pop planant, Fjord travaille parallèlement à lancer un vidéoclip, en collaboration avec «un bon nom dans le domaine du vidéo». Effets spéciaux, paysages fantastiques et textures organiques construiront un univers visuel plus concret que celui auquel nous a habitué Fjord depuis le début de sa carrière.

Le chanteur et musicien Thomas Casault explique ainsi l’intérêt du groupe pour l’aspect visuel de Fjord: «C’est ce que notre musique reflète en quelque sorte. On adore intégrer des couches sonores, que ça soit plein et diversifié. Nous avons un nom évocateur des grands espaces pour lequel la dimension esthétique et visuelle est intéressante. Nous avons un grand intérêt pour tout ça, à la base et c’était naturel de se pencher là-dessus».

À l’instar de Ghostly Kisses, la musique de Fjord connaît un succès considérable à l’international grâce à l’essor du streaming et aux nombreux blogues ayant parlé d’eux. Après avoir travaillé d’arrache-pied pour conquérir ces influenceurs, les deux musiciens ont pu bénéficier de l’effet domino qui a entraîné leur musique sur de nombreuses playlists, jusqu’à des milliers d’oreilles attentives.

C’est toutefois à la maison que Fjord, tout comme Ghostly Kisses, retrouvent une place privilégiée dans le cœur des mélomanes. C’est pourquoi le concert de vendredi, à la Nef, semble un match parfait pour lever le voile sur les nouveautés que nous préparent les deux projets, avant qu’ils ne repartent aux quatre coins du globe.


EN SPECTACLE

30 juin @ La Nef, Québec
Fjord & Ghostly Kisses

BILLETS

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être...

Réagissez à cet article

Écrire un commentaire