Soran
Entrevues

Soran – Vers les plus hauts sommets

On le connaît de son passage à La Voix en 2016, où les quatre coachs se sont tournés simultanément lors de son interprétation reggae de Hotel California. Soran Dussaigne a ensuite passé quelques mois à gratter sa guitare dans le métro et à jouer dans la province, à travers de nombreuses offres de maisons de disques. Aujourd’hui, il est signé avec Audiogram et a la tête bouillonnante de projets. L’aventure ne fait que commencer pour le jeune de 20 ans.

Tu as fait beaucoup de spectacles cet été et ta visibilité à l’international monte en flèche. Comment te sens-tu par rapport à cette popularité?

Oui, j’ai fait beaucoup de spectacles, mais je me sens comme dans un entre-deux où je ne suis pas 100% en train de faire des spectacles ni à 0%. Ce qui se passe en ce moment est un peu vague dans ma tête. Ça va vraiment être plus clair quand je vais avoir commencé à faire mes chansons en album et en EP. On dirait que je fais des spectacles sans vraiment savoir pourquoi je les fais parce que je n’ai pas sorti beaucoup de chansons. J’ai hâte de faire des spectacles après avoir sorti mon contenu. Des fois, je vais faire des spectacles d’une heure et je vais me sentir bizarre parce que personne ne connaît mes chansons parce qu’elles ne sont pas sorties. Ça va être des vrais spectacles pour moi quand les gens vont venir pour écouter mes chansons parce qu’ils savent ce qu’ils viennent écouter. J’ai vraiment hâte de faire mes propres tounes.

Es-tu satisfait de l’accueil de Time to Time et Julia, deux chansons de ton dernier EP?

Oui, vraiment! Avec la chanson qui est sortie avant l’EP, ça a été un processus vraiment différent: on avait juste fait la chanson et je n’étais pas certain de ce que je voulais et ce que je ne voulais pas. Time to Time et Julia, c’est des chansons que j’avais déjà faites chez moi à 80 % ou plus. La personne avec qui j’ai travaillé m’a aidé à les amener à un autre niveau. Pour moi, c’était vraiment clair que c’était ce que je voulais; je me sentais plus confiant de la sortie. Juste avant, j’avais sorti sur ma chaîne YouTube un remix qui a vraiment bien été reçu et il s’est partagé un peu partout dans le monde, surtout aux États-Unis et en Europe, c’était impressionnant.

Justement, tu as produit quelques remix qui sont très populaires sur le web. Comment se passe le processus créatif?

Au début, j’ai vu la vidéo du petit gars qui chantait [le Yodeling Kid] et je trouvais que c’était un bon entre-deux entre drôle et bon, parce que le gars a vraiment du talent. Un de mes amis m’a montré un remix EDM de sa performance et j’ai trouvé que c’était vraiment une bonne idée d’en faire un remix. J’en ai fait un premier, avec l’ordi d’un de mes amis, et c’était vraiment, vraiment mauvais. Trois jours plus tard, je suis revenu chez moi et en deux heures, j’avais composé une chanson autour. J’ai filmé avec mon iPhone, directement comme ça, sans avoir rien dit à ma gérante. Le lendemain, il y avait déjà 40 000 views puis 300 000 deux jours plus tard. Dans ma tête, c’était clair qu’une partie de la chanson du gars était un drop: j’allais juste composer une chanson pop autour. Je me suis aussi inspiré des paroles de la vraie chanson. Dans le fond, le gars il veut être avec la fille, mais elle, elle voit un autre gars en même temps. Dans ma chanson, le gars se pose la question: comment je peux ne pas faire de problème? D’où le nom de la chanson, Fix This.

Ensuite, tu as composé une chanson à partir de commentaires Instagram sur ton profil. Comment as-tu fait ça?

C’était comme faire un casse-tête: les mots sont déjà là, je dois juste réussir à construire quelque chose autour qui fait du sens et qui rime. C’est vraiment différent comme processus créatif, en plus de devoir composer la musique qui l’accompagne.

Quels sont tes projets, ici ou ailleurs?

Le EP sort le 14 septembre; il y aura un lancement le 13 septembre à Montréal et le 20 septembre à Québec. Il y a plein de trucs, je ne sais pas si j’ai le droit d’en parler ou pas! On parle avec différentes personnes de différentes places dans le monde, en ce moment. C’est cool parce qu’on a eu la chance d’envoyer ailleurs dans le monde mes chansons qui ne sont pas sorties encore et, à date, c’est très bien reçu. L’affaire, c’est que j’ai comme 50 tounes qui dorment chez moi et je ne suis plus capable, j’ai juste envie de toutes les sortir! J’ai vraiment hâte, en tout cas.

EN SPECTACLE…

13 septembre @ Le Ministère, Montréal (lancement) · Complet
20 septembre @ L’Anti Bar & Spectacles, Québec (lancement) · Billets
26 octobre @ Café Culturel de la Chasse-Galerie, Lavaltrie · Billets

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être...

Réagissez à cet article

Écrire un commentaire