La Taverne
Entrevue

La Taverne – La famille élargie de Saint-Casimir

Au cours des 6 dernières années, la Taverne de Saint-Casimir est passée de bar régional à incontournable du circuit de la scène musicale québécoise. Un petit miracle qui s’est produit grâce à la collaboration de quelques Tessier et de leurs amis fidèles.

C’est d’abord, Daniel Tessier, père de famille, qui a racheté la Taverne; petit bar sympathique disposant de toutes les qualités nécessaires pour animer un village de belle manière. «On a commencé tranquillement avec des chansonniers, ensuite on voulait aller un peu plus loin alors on s’est mis à booker des bands et on a vu que ça amenait du monde. Notre réputation s’est bâtie petit à petit», explique Philippe Tessier, fils de Daniel, brasseur et assistant technique à la Taverne.

Grâce à l’acharnement de Philippe, de son frère Mathieu (directeur des ventes), de Félix St-Hilaire, (directeur production et directeur technique), de Maxime Naud-Denis (directeur général) et de Sébastien Godin (homme à tout faire) est ensuite née la microbrasserie des Grands Bois, installée aux côtés de la Taverne dans les locaux d’un ancien cinéma. Rapidement, l’étage supérieur de l’imposant édifice est devenu une deuxième scène où présenter des spectacles d’envergure devant plusieurs centaines de personnes. Un accomplissement rendu possible grâce à l’implication active de toute l’équipe. «On fait tous ça un peu bénévolement, alors on n’a pas de technicien à payer, par exemple. C’est ce qui nous permet de pouvoir réussir à faire ça. C’est beaucoup de temps, surtout depuis qu’on a des spectacles à toutes les fins de semaine». Concrètement, tous mettent la main à la pâte, de manière égale, afin de rendre la vie culturelle accessible pour les habitants de la région de Portneuf.

Inviter la ville à la campagne

Cette dynamique d’équipiers polyvalents se retrouve même dans la direction artistique de la Taverne. Alors que Daniel assure la négociation des ententes et le contact avec les agents, il consulte fréquemment «les jeunes» pour faire le choix des artistes à inviter. «Il y a des groupes qui vont nous faire plaisir à nous, et il y en a d’autres qui vont attirer des centaines de spectateurs. On veut quand même continuer de se faire plaisir de temps en temps, même si ça amène 25 personnes [dans le bar]», soutient Philippe.

Conscient de la fragilité de la clientèle locale, ce dernier souligne l’importance d’amener une variété de groupes, dans tous les styles musicaux, afin de maximiser la diversité des touristes musicaux venant vivre l’expérience d’une soirée à la Taverne. Selon ses estimations, les portneuvois représentent le tiers des spectateurs, alors qu’une grande majorité de la clientèle vient de Québec, de Trois-Rivières et même de Montréal.

L’objectif culturel demeure néanmoins de provoquer les découvertes musicales et brassicoles auprès du public. À cet égard, Philippe et sa famille élargie organisent annuellement la Commission Brassicole, un festival où se produiront cette année, entre autres, Beat Sexü et The Brooks, entourés d’une sélection de microbrasseurs et de producteurs locaux.

Pour les organisateurs, ce type d’événement demeure une carte de visite hors pair pour la région, dont la population tend à se renouveler depuis quelques années. «Ça fait cinq ou six ans que je suis revenu dans le coin et depuis, il y a beaucoup de monde de mon âge qui a commencé à s’installer à Saint-Casimir. Il y en a de plus en plus qui veulent venir habiter dans le coin, je pense que ce n’est pas une mauvaise chose», conclut Philippe Tessier.

SPECTACLES À VENIR

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être...

Réagissez à cet article

Écrire un commentaire