La Table d’Hôte
Entrevues

Zoofest – La table est mise

Pour une deuxième année consécutive, Zoofest s’apprête à sortir le couvert des grandes occasions et à tamiser l’éclairage pour présenter à son fidèle public La Table d’Hôte, une programmation spécialement préparée avec les meilleurs ingrédients! Cette fois-ci, le spectacle renouvelle son menu humoristique de quatre services avec le duo Les Grandes Crues (Marie-Lyne Joncas et Ève Côté), Alexandre Bisaillon, Arnaud Soly et Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques. Tous réunis dans une seule et même proposition dans laquelle ils ont le plein contrôle du contenu, les cinq humoristes ont rassemblé leurs forces pour présenter une sélection spéciale de leurs numéros et quelques vidéos exclusives sous le signe de la nostalgie. Elle n’est même pas encore servie que La Table d’Hôte donne déjà l’eau à la bouche!

Histoire d’en savoir davantage sur la mise sur pied et le contenu de ce spectacle prometteur, on s’est frayé un chemin à travers les horaires surchargés et la finition des préparatifs pour aller à la rencontre de Marie-Lyne Joncas, Ève Côté, Alexandre Bisaillon et Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques.

Le concept de La Table d’Hôte a été lancé l’an dernier comme étant une sorte de présentation de l’élite de la relève. Est-ce une consécration pour vous de faire partie de ce spectacle cette année?

Marie-Lyne: Consécration, je sais pas, mais c’est vraiment le fun. Ça nous ramène un peu au moment où on était à l’École nationale de l’humour (ENH). C’est vraiment un trip de gang. Y’a quelque chose d’un peu scolaire dans tout ça. Étant donné que Zoofest, c’est le festival de la relève, y’a aussi quelque chose d’un peu amateur dans l’approche qu’on aime bien et qu’on veut mettre en valeur. Y’a quelque chose de franchement cool là-dedans.

Alexandre: Personnellement, c’est ma sixième année à Zoofest et j’ai jamais été dans les plus gros vendeurs, mais j’ai toujours fait des shows à concept pis la promo c’est vraiment pas mon fort. J’étais content d’être dans un show vendeur comme celui-là. Eh oui, ça fait six ans que je suis programmé à Zoofest et les salles sont quand même pleines, mais là, je me retrouve dans un show qui est spécialement mis de l’avant puisqu’il est produit par Zoofest. Je trouvais ça cool. C’est comme une tape dans le dos de la part de l’équipe de Zoofest. Chose que j’apprécie.

Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques

Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques

Vous aviez carte blanche pour l’ensemble du contenu du spectacle. Comment avez-vous bâti ce show spécial exactement?

Philippe-Audrey: Dès le départ, on a voulu éviter de faire des sketches. On ne voulait pas que ça fasse «Cégep en spectacle» dans le mauvais sens, c’est-à-dire des sketches un peu cabochons, pas vraiment bien écrits et pas vraiment drôles. On s’est demandé ce qui serait vraiment drôle et, évidemment, ce sont nos numéros. On s’est donc dit qu’on allait se concentrer là-dessus et au niveau des vidéos, on est arrivés avec l’idée de faire des trucs ultras démodés pour permettre à notre stand-up d’être mieux mis en valeur. On se sert donc des vidéos pour reprendre plein de phénomènes web qui sont devenus viraux au cours des dernières années. On veut faire des trucs un peu rétro cheaps pour avoir l’air plus modernes!

Marie-Lyne: On a fait ça comme des machines en très peu de temps. On a eu quelques meetings pis à chaque fois, on travaillait vraiment fort. Mais oui, ça a été tough. C’est qu’à la base, on était tous très occupés et on n’avait pas vraiment le temps de se voir à de nombreuses reprises, ça nous prenait donc une idée qui allait faire en sorte qu’on n’allait pas avoir à mettre 40 heures sur des répétitions pour des numéros de groupe, des chansons, des danses, etc. On a rapidement établi qu’on allait tourner des vidéos pour mettre entre les numéros, comme ça, ça présente bien chaque artiste qui arrive sur scène. J’aime personnellement les shows qui sont un peu dynamiques dans ce genre-là. Au niveau du contenu des numéros, c’était vraiment carte blanche pour chacun des humoristes.

Les Grandes Crues

Les Grandes Crues (Marie-Lyne Joncas et Ève Côté)

Est-ce que vos fans qui sont déjà allés vous voir en show au courant de l’année auront droit à du tout nouveau matériel dans le cadre de vos numéros de stand-up?

Ève: Pour Les Grandes Crues, on a remanié un numéro qu’on était supposées présenter dans un gala, mais qu’on n’utilisera pas au final. On a décidé de faire un autre numéro dans le gala en question, ça nous laissait donc ce numéro qui n’a jamais été fait nulle part. On va partir de ça pis on va peut-être y greffer quelques gags qui se retrouvent dans notre spectacle Su’l Gros Vin. Globalement, ce sera un numéro exclusif.

Alexandre: Cette année, j’ai écrit une nouvelle heure de stand-up qui s’appelle Le diamant dans le tas de marde. J’allais justement à la rencontre du public pour voir s’il y avait un diamant dans la marde que j’avais écrit au cours des derniers mois. J’ai donc pigé là-dedans pour monter mon numéro de La Table d’Hôte. Dans ce que je présente sur scène, je suis souvent collé sur l’actualité. Ces temps-ci, je parle notamment du racisme en lien avec tout ce qui s’est passé cette année avec Trump, les politiques d’immigration, etc. Ce sera donc un petit bloc de mon nouveau stock de l’année. Je ne suis pas encore complètement certain de ce que je vais faire, mais ça risque d’être pas mal ça.

Philippe-Audrey: En ce qui me concerne, je ne voulais pas que les gens qui m’ont vu l’an dernier revoient un numéro. Je vais leur offrir un numéro frais des derniers mois. On a beau être dans le best of, c’est pas une raison pour offrir du réchauffé. Je suis en recherche artistique depuis un certain temps, pis ce que je fais en ce moment c’est assez différent de ce que je faisais avant, c’est-à-dire que j’ai présentement un numéro que je considère vraiment «grand public». J’essaie de lui donner une certaine profondeur, mais ce que les gens vont voir, c’est le fruit de ma recherche. Je n’ai pas la prétention de présenter quelque chose d’extraordinaire, mais simplement de montrer où j’en suis dans cette démarche. On va voir si ça rit ou pas. C’est que j’avais envie d’aller là. Tout ça est né d’une curiosité de voir si j’étais capable de faire un numéro complètement accessible, pis c’est pas ma zone de confort du tout. C’est un exercice de style et un défi personnel. Si je suis capable d’aller là, j’aimerais éventuellement mélanger les deux (cette nouvelle démarche et l’ancienne) et voir si je peux aller plus loin à travers tout ça. C’est pas mon numéro préféré, mais c’est un numéro qui est important pour moi.

Arnaud Soly

Arnaud Soly

Dans le cadre du spectacle, vous mettez en scène les phénomènes web des dernières années. Comment est née cette idée et qu’est-ce qui vous a inspirés là-dedans?

Marie-Lyne: Arnaud a eu l’idée de parodier les vieilles vidéos virales, puis à partir de là, l’étincelle s’est allumée. On a tous sorti nos idées.

Ève: On s’est inspirés de tout ce qui est Thug Life, les flash mobs, le ice bucket challenge, le lip-dub de l’UQAM, etc. À travers tout ça, il y aura notamment des références à Mixmania et aux Têtes à claques. On va pas mal dans ces zones-là pour les trucs de groupe.

Alexandre: Ce qui est intéressant dans le viral, c’est que sur le moment c’est fucking hot. C’est la meilleure chose au monde. Puis ça devient de la marde environ 72 heures plus tard. Sinon il y a le planking qui est devenu quétaine après un mois. On joue là-dessus et on flirte un peu avec la nostalgie. C’est toujours une belle corde à avoir à son arc dans un show.

Parmi les éléments de nostalgie, on ressent une fascination toute particulière pour Mixmania. Comment est-ce que vous expliquez ça?

Philippe-Audrey: J’étais au secondaire quand je suis tombé là-dessus par hasard. Quand on y repense, Mixmania, c’était comme un rêve, mais avec 3$ de budget. Malgré tout, on ne s’en rendait pas tant compte. On trouvait ça nice pour vrai. Les filles, je les trouvais toutes chicks. C’était comme notre version de l’émission de téléréalité Becoming, mais en plus cheap. Les tounes, je les trouvais pourries et les participants ne chantaient et ne dansaient pas si bien, mais il y avait quand même quelque chose de féerique à travers tout ça.

Alexandre Bisaillon

Alexandre Bisaillon

Selon vous, qui va nous surprendre le plus dans le spectacle?

Marie-Lyne: C’est dur à dire, mais je sais que Phil-Audrey me fait vraiment rire dans les vidéos qu’on a tournées pour le spectacle. On a étudié ensemble à l’ENH et c’est vraiment un pas pire numéro. Il a tellement l’air sérieux avec son habit trois-pièces. Il a une culture super riche, mais en même temps, il a écouté Ja Rule comme nous autres.

Ève: Je dirais Phil-Audrey aussi. Il peut autant te parler de la formation de l’armée de Napoléon que de ce que fait Benjamin de Mixmania de nos jours.

Alexandre: Je dirais Arnaud, mais en même temps, on s’attend un peu à ça de sa part. Quoique je trouve qu’il est plus éclaté sur le web qu’en stand-up. En stand-up, il a de belles images, mais c’est plus posé dans la présentation. Sinon, je pense que je dirais Phil-Audrey. Des fois il peut arriver avec des trucs vraiment saisissants. On a eu une belle surprise avec son show de l’an dernier.

Philippe-Audrey: Je devrais dire Alex, puisqu’il nous a tellement habitués à de la médiocrité qu’il risque de nous surprendre en étant pas si pire cette fois-ci (rires). Mais sérieusement, comme j’ai passé une bonne partie du printemps en Europe, je n’ai pas vu les récents numéros des autres humoristes. J’ai très hâte de voir le numéro des Grandes Crues. J’ai hâte de voir l’évolution d’Arnaud dans son nouveau numéro. Et Alex, j’ai hâte de voir s’il a finalement commencé à être drôle (rires). Mais tout de même, ça risque d’être moi qui va surprendre le plus avec mon numéro qui me sort volontairement de ma zone de confort. On verra!

Marie-Lyne: Ça va vraiment être un bon show, sérieux. Somme toute, ce sont tous de bons humoristes qui offrent des affaires différentes avec des styles tout aussi différents. Tu sais, Phil-Audrey et Alex Bisaillon, c’est vraiment pas la même chose sur scène. Ça va être cool pis drôle. On est tellement attachants!

Le spectacle de La Table d’Hôte mettant en vedette Les Grandes Crues, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, Alexandre Bisaillon et Arnaud Soly sera présenté dans le cadre de Zoofest à la salle Ludger-Duvernay du Monument National les 16, 18 et 23 juillet à 20 h 45 ainsi que les 21 et 22 juillet à 22 h 30.

Billets en vente ici!

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être...

Réagissez à cet article

Écrire un commentaire