Entrevues, Nouvelles

Trille Or : faire briller la musique franco-canadienne!

Comme à chaque deux ans, l’Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM) organise la semaine Trille Or du 29 avril au 2 mai 2019. Cet événement met en lumière l’excellence artistique des artisans francophones du domaine musical canadien. Ratissant d’est en ouest, l’APCM tâche de faire briller l’ensemble de l’offre musicale franco-canadienne à travers le pays et à l’international.

Durant cette semaine de festivités, plusieurs activités sont organisées pour les membres de l’industrie, mais aussi le grand public. Panels, conférences, vitrines musicales, cocktails de réseautage seront entre autres au menu. Cette semaine culminera vers le Gala Trille or qui récompense le talent musical canadien francophone et où 76 artistes et professionnels canadiens sont en nomination cette année.

Afin d’en apprendre plus sur la programmation de cette 10e édition, nous nous sommes entretenus avec Thomas Kriner, responsable du développement à l’APCM.

Déjà 20 ans pour le Trille Or! Comment l’événement a-t-il évolué à travers ces deux décennies d’activités?

C’est un format a beaucoup évolué avec le temps. Au départ, c’était une remise de prix essentiellement franco-ontariens. Et progressivement, le conseil d’administration a ouvert le tout aux artistes de l’Ouest canadien; d’abord pour seulement quatre catégories, et depuis 2017, toutes les catégories sont ouvertes à ces artistes. En plus de tout ça, en 2017, on a commencé à ouvrir des catégories pour le Québec et l’Acadie. C’est un événement qui essaie d’être de plus en plus inclusif et qui travaille à inclure toute la francophonie canadienne et reconnaître son excellence!

À qui s’adresse cet événement exactement? Y’a-t-il du nouveau pour cette édition?

D’abord, il faut savoir que l’événement s’adresse à plusieurs types de participants. On s’adresse évidemment aux artistes qui sont en nomination, pour qui il y a deux remises de prix – une remise hors d’ondes (1er mai) et une autre télédiffusée (2 mai). De plus, depuis 2015, il y a le volet pro qui permet de mettre les artistes en vitrine devant les professionnels de l’industrie, mais aussi du grand public à travers différentes activités comme des vitrines officielles, des ateliers et conférences.

Comme nouveautés cette année du côté pro qui auront lieu au Centre national des arts à Ottawa, il y a les conférences éclairs où les artistes pourront venir poser leurs questions à un panel de professionnels. On s’intéresse plus particulièrement à la cohérence entre le son et l’image cette année, c’est-à-dire l’identité visuelle des artistes. Il y a aussi un studio pitch où des experts internationaux verront quatre artistes en studio et leur offriront une rétroaction au potentiel d’exportation de leur travail dans un pays précis, comme la France ou la Belgique.

Nous avons aussi établi un super partenariat avec l’ADISQ, qui viendra présenter les Rencontres ADISQ le 2 mai. Ils offriront une discussion sur un enjeu de l’industrie musicale actuelle, dans ce cas-ci ce que représente la signature avec un label en 2019. Nous sommes fiers aussi de collaborer avec la SOCAN, qui s’intéressera le 1er mai, à l’importance de la co-création et de la co-écriture, notamment au niveau du processus artistique et des perspectives économiques.

Le Gala aura lieu le 2 mai à 20 h au Centre des Arts Shenkman à Orléans. Le grand public pourra y assister, mais aussi le regarder depuis la maison grâce à sa diffusion sur la chaîne, le site et la page Facebook d’UNIS.tv. Y’a-t-il de nouvelles catégories à découvrir cette année?

Ce qui est nouveau cette année, ce sont cinq catégories par style musical, donc musique urbaine, rock, jazz, roots et pop. Il y a aussi «initiative artistique» qui souligne le travail original et unique des artistes et des entreprises. Finalement, la catégorie «Diffuseur» est de retour pour rappeler l’importance de ce métier qui permet la circulation et la promotion du travail de nos artistes.

Fait intéressant à savoir, pour la dixième édition du Gala, vous avez éliminé les notions de genre dans les catégories. Ainsi, «Meilleur interprète masculin» et «Meilleure interprète féminin» seront remplacés par «Artiste solo». Un signe d’évolution de notre société?

C’est surtout pour mettre tout le monde sur le même niveau. Un spectacle, qu’il soit donné par un homme ou une femme, reste un spectacle. C’est aussi un signe d’une évolution de la société, car il y a entre autres un débat dans l’industrie de la musique sur la place des femmes. On a voulu marquer le coup en en éclatant la notion de genre dans ces catégories et c’était notre façon de faire écho à ce mouvement-là.  

Parlons un peu des nommés pour cette dixième édition. Parmi les récipiendaires déjà connus, on retrouve Joël Couture qui remportera cette année le prix Bâtisseur Paul Demers.

Le prix Bâtisseur Paul Demers vient récompenser une personne dans l’industrie qui a oeuvré dans le bon sens des choses. En l’occurrence Joël Couture travaillait chez Manitoba Music, qui est à la base un organisme anglophone, et il a développé tout un volet francophone pour la promotion de la musique canadienne dans l’Ouest canadien. Il n’a pas que travaillé au Manitoba, mais aussi avec l’Alberta et la Saskatchewan et la Colombie-Britannique. Il a aussi créé Rame à la rencontre, un événement qui permet aux artistes de l’Ouest de venir au Québec et de se faire découvrir dans ce nouveau marché. Il vient tout juste de quitter son emploi pour se consacrer entièrement à la musique, c’est donc un bon moment pour souligner son apport.  

Une autre récipiendaire déjà connue, Carmen Campagne, repartira avec le prix hommage le 2 mai prochain. Cette dernière a eu une influence massive sur la jeunesse canadienne grâce à ses chansons!

C’est tout un hommage posthume! Elle a vendu des millions d’albums et de cassettes vidéo tout au long de sa carrière à travers la francophonie au Canada, mais aussi en Europe.

En terminant, qu’est-ce qu’on vous souhaite pour cette édition des Trille or?

On souhaite que les gens se déplacent et viennent célébrer la francophonie canadienne et ses richesses musicales. À mon avis, tout le monde est gagnant de ces festivités, peu importe si on repart avec un prix sous le bras ou non!


Pour assister à la semaine Trille Or ou au Gala, achetez vos billets sur lepointdevente.com! Et question de vous mettre dans l’ambiance, écoutez cette liste de lecture regroupant tous les artistes en nomination cette année; une belle façon de découvrir la crème de la musique franco-canadienne.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être...

Réagissez à cet article

Écrire un commentaire