DJ Killa-Jewel : laisser libre cours à la création

Dans le circuit du hip-hop underground, la réputation de DJ Killa-Jewel n’est plus à faire. L’artiste montréalaise laisse sa marque et fait rayonner la métropole un peu partout sur la planète depuis maintenant plus de 25 ans grâce à ses sets percutants mêlant scratching redoutable et turntablism classique.

Au terme de deux décennies à parcourir les événements et festivals les plus reconnus à faire lever les foules et prouver l’étendue de son talent derrière les platines, la DJ et productrice continue de se laisser porter par son désir profond de faire évoluer son art. Le fruit de ses plus récentes expérimentations a mis en lumière une volonté d’incorporer davantage de sonorités électroniques, ajoutant de nouvelles touches à sa signature stylistique. 

Depuis 2020, DJ Killa-Jewel a fait paraître le EP Reckless, a signé avec l’étiquette Hydrophonik Records et s’est démarquée en tant que DJ à l’émission La Fin des Faibles à Télé-Québec. La vétéran est maintenant sur le point de lancer un tout nouvel EP, Sagittarius, un projet particulièrement personnel. 

Pour officialiser la mise au monde de Sagittarius, DJ Killa-Jewel vous convie à son lancement prévu pour le 22 octobre au Ausgang Plaza de Montréal. Lepointdevente.com a rencontré l’artiste pour en savoir plus sur les origines du projet et l’événement festif qu’elle nous prépare!

Tu nous présente un nouvel EP qui paraît un an après la sortie de Reckless. Tu t’es retrouvée en plein élan de création immédiatement après la parution de ce projet? 

Exactement. En fait, depuis l’année dernière, la pandémie m’a vraiment forcé à me retrouver en studio pour produire de la musique. C’est un peu une différente avenue pour moi, créativement parlant. La plupart des gens me connaissent pour mon style vraiment underground hip-hop, alors que ce que je fais maintenant c’est vraiment plus électronique comme style. Mais il y a beaucoup de scratch et de turntablism. C’est un peu un mariage de styles, donc c’est à la fois old school et moderne.

Tu es vraiment reconnue et établie dans la scène hip-hop depuis de nombreuses années. Tu sentais que tu devais vraiment rester fidèle à ce que le public connait de toi ou tu te permettais de tout de même de sortir de ces zones créatives?

C’est surtout un nouveau style que j’ai découvert dans le processus de création. Normalement, je n’ai pas vraiment d’objectif clair au niveau de la manière que ça va sonner. Mais quand j’ai commencé à utiliser Ableton pour créer la musique, contrairement à un MPC-2000 qui est une machine plus old school, le son a naturellement changé. J’ai découvert des sons plus synthétiseurs, des 808 drums

Je voulais changer avec le temps, puisque je crois que c’est nécessaire pour un artiste de développer son style et d’essayer quelque chose de nouveau. En fait, je n’étais pas certaine que je voulais mettre des scratches dans le projet. Mais en bout de ligne, je sentais réellement que ce qui en sortait, c’était purement moi. C’est ce que les gens reconnaissent de moi depuis toutes ces années, donc je me suis dit pourquoi ne pas incorporer les deux éléments. Et le EP Sagittarius est simplement le fruit de tout ce processus.

Essentiellement, tu entrevois cette évolution comme une continuation de ce que tu faisais ou plutôt comme un nouveau départ?

Je pense que c’est une continuation. Les beats que j’ai créés pour Reckless avaient un style un peu plus moderne, mais Sagittarius c’est vraiment un projet solo. Je n’ai pas travaillé avec des emcees cette fois-ci. Mais je chante toujours, ceci dit. Je chante sur Without You, qui est la feature track du projet. J’essaie d’incorporer ma voix un peu plus. C’est un peu un défi pour moi de me présenter en tant que chanteuse, DJ et productrice en même temps.

Nous avons pu nous mettre deux extraits du EP sous la dent jusqu’à maintenant, soit PixStar et Pipe Dreams. Les deux pièces sont très atmosphériques et elles ont leurs propres univers. Est-ce qu’il y a une approche conceptuelle au projet?

Oui c’est ça! En fait, quand j’étais en création, je trouvais que beaucoup des effets que j’utilisais sur mes synths me donnaient un sentiment qui évoquait soit l’espace ou l’impression d’être sous l’eau. C’est devenu un thème. Et c’est un son qui continuait de se développer au fil de l’enregistrement. Je sentais que ça collait vraiment à mon style. 

Et je trouvais que Sagittarius était un titre parfait, étant donné que je suis moi-même sagittaire et que j’ai toujours eu un intérêt envers tout ce qui touche l’espace. Quand j’étais plus jeune, j’étais une grande fan de Star Trek. J’étais une vraie nerd qui se rendait dans les conventions et tout (rires). C’est quelque chose qui m’a toujours intriguée. Je sentais que c’était personnel.

En lisant sur le signe sagittaire, je trouvais que ses caractéristiques me collent totalement à la peau : je suis quelqu’un qui aime la liberté, j’aime être créative et spontanée. C’est vraiment moi.

La pandémie a évidemment causé de grandes difficultés pour toutes les industries culturelles, mais d’une certaine manière, elle aura été douce avec toi en te permettant de te concentrer sur tes productions, puis de trouver refuge chez Hydrophonik Records. Tu as même pu te démarquer comme DJ dans l’émission La Fin des Faibles. Perçois-tu l’ensemble de ces événements comme une opportunité de te présenter à un tout nouveau public?

Absolument. Je pense que le contrat avec La Fin de Faibles, surtout pendant une année durant laquelle tout était fermé et qu’il n’y avait pas de spectacles, c’était une opportunité parfaite pour me présenter à un tout nouveau public, mais aussi à une nouvelle génération d’artistes hip-hop. J’ai eu la chance de rencontrer de nouveaux talents sur l’émission et certains d’entre eux vont offrir une performance au lancement du EP. Et je suis vraiment excitée d’être DJ pour la deuxième saison aussi!

Tu lances le EP Sagittarius avec une grosse soirée au Ausgang Plaza le 22 octobre. Tu seras accompagnée des nombreux amis et artistes qui promettent de faire lever la foule. À quoi est-ce qu’on peut s’attendre de cet événement spécial? 

Je suis vraiment excitée par l’idée du lancement! Il y a L.Teez qui va être en première partie et le DJ principal de la soirée. Puis il y a La Fin des Faibles qui va offrir un battle de emcees, et il y a mon crew de Sunday Scratch Sessions qui sera également présent pour faire un set de scratch. Il y a aussi le Legendary B-Girl Crew qui va faire un battle. Donc ce sera vraiment une soirée centrée autour du hip-hop. Et il y a mon bon ami Mourad BNCR qui va faire une présentation visuelle live. On a travaillé ensemble à créer une expérience vraiment intéressante pour le public : pendant que je scratch, il y aura des visuels très dope qui seront agencés à des projections sur écran!

Je dois remercier Prohibition qui commandite la soirée, parce que sans eux, ce ne serait pas possible! Et je tiens à souligner que la salle est à capacité limitée, donc n’attendez pas trop avant de mettre la main sur vos billets!

Pigiste, rédacteur et homme-orchestre sans orchestre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *