L’attitude des Québécois par rapport au divertissement en temps de COVID-19 (édition 2, mai 2020)

Il y a un mois, Habo et Lepointdevente.com publiaient la première édition du Baromètre divertissement, une étude longitudinale qui analyse l’évolution de l’attitude de divertissement des consommateurs québécois relativement à la pandémie actuelle.

Un mois plus tard, qu’est-ce qui a changé? Comment l’état d’esprit des consommateurs a-t-il évolué? Et comment accompagner les consommateurs vers un retour à une certaine forme de normalité?

Les résultats de la deuxième vague de recherche, conduite mi-mai 2020 auprès de 1028 consommateurs de divertissement au Québec, répondent à ces questions.

Télécharger l’étude

Quel est l’état d’esprit des consommateurs de divertissement à l’heure actuelle?

Les résultats mettent en lumière 3 apprentissages clés :

  1. De façon générale, la perception de manque des activités de divertissement s’est exacerbée au cours du dernier mois. Cela est vrai pour la quasi-totalité des activités de divertissement, tout particulièrement pour les restaurants et les festivals.
  2. Le niveau d’inquiétude des consommateurs a globalement diminué vis-à-vis de la consommation des activités de divertissement, en particulier pour les musées et les attractions extérieures. L’effet du temps combiné aux mesures progressives de déconfinement est rassurant pour les acteurs du milieu, même si entre 40% et 75% des consommateurs demeurent très ou assez inquiets.
  3. Bien que le niveau d’inquiétude ait diminué, la perspective de temps avant de ressentir un niveau de confort pour les activités de divertissement est restée relativement stable par rapport au mois dernier (entre 3,4 et 6,3 mois, selon les activités de divertissement). Cela est moins encourageant que les deux premiers éléments, puisque la logique aurait voulu que ces indicateurs baissent de 1 mois par rapport à l’étude conduite à la mi-avril 2020. Cependant, pour certaines activités telles que les musées ou les restaurants, près de 40% des consommateurs seraient prêts à y retourner dès la réouverture.

À quoi pourrait ressembler la séquence de reprise des activités de divertissement?

La séquence de reprise des activités de divertissement reste relativement semblable à la première édition du Baromètre, publiée en avril 2020.

Les restaurants devraient être les premières activités de divertissement vers lesquelles les consommateurs se tourneront, puisque la perception de manque est élevée, mais le niveau d’inquiétude est faible relativement aux autres activités de divertissement. Les musées (d’art ou éducatifs) devraient également voir leurs visiteurs revenir assez rapidement. L’attitude des consommateurs relativement aux spectacles en salle laisse présager un retour plus long. Pour ce qui est des concerts et des festivals, bien que leur perception de manque soit élevée, le fort niveau d’inquiétude qu’ils suscitent se traduira probablement par un long retour à la normale.

Graphique: Évolution de la séquence de reprise entre avril 2020 et mai 2020

Afin de rassurer les consommateurs, quelles sont les mesures de mitigation les plus efficaces pour chaque secteur de l’industrie du divertissement?

Offrir une flexibilité en matière de conditions d’annulation et de remboursement demeure essentiel pour inciter les consommateurs à acheter des billets pour un spectacle, un festival ou un événement sportif.

Outre cela, les mesures les plus efficaces à communiquer sont :

  • Pour les musées – une expérience visiteurs qui permet une distanciation physique durant la visite (respect des 2 mètres de distance, parcours balisé, contrôle de l’accès pour éviter les files d’attente).
  • Pour les salles de spectacle – un accent sur les mesures de désinfection (lieu soigneusement désinfecté, disponibilité de gel désinfectant, possibilité d’offrir des tests instantanés de la COVID-19 à l’entrée).
  • Pour les événements sportifs et les festivals – avant tout, l’approbation de la tenue de l’événement par la santé publique, ainsi qu’un contrôle de l’accès pour éviter les rassemblements.
  • Pour les restaurants – une distance physique entre les tables, un nombre de personnes limité et un accès par tranche horaire pour éviter les files d’attente (le tout renforcé par l’approbation de la santé publique).

Et maintenant?

Alors que la première édition a pris le pouls des consommateurs dans l’œil du cyclone (mi-avril 2020) et que la deuxième édition capte le sentiment des consommateurs alors que les mesures de déconfinement se précisent (mi-mai 2020), la troisième édition du Baromètre (mi-juin 2020) permettra de voir une tendance des différents indicateurs à travers 3 périodes.

Cette étude vise à susciter une discussion entre les acteurs du milieu du divertissement et des loisirs – employés, entreprises, médias, etc. Votre point de vue est important pour que ce contenu puisse avoir un impact tangible et actionnable sur le succès des stratégies de reprise. D’ailleurs, nous vous invitons à nous faire part de vos questions, vos idées et vos observations.

Vous voulez en savoir plus?

Le rapport complet est téléchargeable ici

Et pour toute information additionnelle, vous pouvez contacter Florent Bayle-Labouré.

Méthodologie

Cette étude a été conduite en ligne auprès de 1028 personnes vivant au Québec, sélectionnées aléatoirement parmi les acheteurs de billets du site Lepointdevente.com depuis 2017. La collecte de données a eu lieu entre le 13 et le 22 mai 2020. Des quotas ont été mis en place, afin de bâtir un échantillon comparable à la structure de la population québécoise en termes de genre, d’âge et de région de résidence.

Remerciements

Cette étude est réalisée en partenariat avec Lepointdevente.com, et grâce à la participation de Qualtrics.

Conception graphique par Valérie Paquette.

HABO

Habo est un studio stratégique basé à Montréal et spécialisé dans les industries créatives. Nous accompagnons des clients au Québec et à l’international en matière de planification stratégique et d’intelligence marchés/consommateurs. Grâce à une pluralité de pensées et de savoir-faire alliant marketing et finance, nous faisons le pont entre la voix du consommateur et le modèle d’affaires pour générer un impact tangible et activable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *